Publicités

Manger de la viande belge est écologique!

Nous ne faisons jamais autant attention aux informations que nous lisons ou entendons dans les médias que le 1er avril. En effet, dès que nous entendons une information durant cette journée, notre esprit critique se met tout de suite en marche. Il est triste de constater qu’il n’y a que ce jour là que notre esprit critique analyse les informations et en tire le vrai du faux, tout simplement car nous savons que nous devons nous méfier.

Sauf que toute l’année, d’innombrables informations sont colportées sur des sujets divers, le dernier à la mode étant que l’élevage est le responsable du réchauffement climatique.
Si nous nous mettons en position « 1er avril », nous faisons des recherches et nous pouvons préciser l’information. Si ce n’est que des informations concernant les organismes qui polluent de manière certifiée la planète ne sont pas faciles du tout à trouver (il faut vraiment le vouloir!).

Ceci dit, le sciencepost.fr s’est intéressé à la question et a dressé un classement sur les 10 plus gros pollueurs du vieux continent (l’Europe) en 2018. Il ne parle même pas des Etats-Unis, de la Chine ou encore des pays en plein développement économique comme l’Inde. Nous pouvons d’ailleurs remarqué que la Chine a augmenté ses émissions en 2018 pour un total de 230 millions de tonnes.

Voici le classement :

1. La centrale de Bełchatów (Pologne) : 38,3 millions de CO2
2. La centrale de Neurath (Allemagne) : 32,2 millions de CO2
3. La centrale de Niederaussem (Allemagne) : 25,9 millions de CO2
4. La centrale de Jänschwalde (Allemagne) : 22,8 millions de CO2
5. La centrale de Weisweiler (Allemagne) : 16,8 millions de CO2
6. La centrale de Schwarze Pumpe (Allemagne) : 12,4 millions de CO2
7. La centrale de Lippendorf (Allemagne) : 11,7 millions de CO2
8. La centrale Maritsa Iztok Complex (Bulgarie) : 10,5 millions de CO2
9. La centrale de Boxberg Werk IV (Allemagne) : 10,2 millions de CO2
10. Ryanair (Irlande) : 9,9 millions de CO2

Ces valeurs n’incluent pas l’activité humaine en tant que telle et donc l’émission totale du pays en question.

Vous trouverez ci-dessous un graphique répartissant les émissions pour la Belgique en 2017.

Source : ecoconso.be

L’élevage en tant que tel n’y figure donc pas! Il se retrouve dans l’onglet agriculture qui contient aussi les cultures.
Nous trouvons difficilement des chiffres exacts sur l’empreinte carbone de l’élevage viandeux belge. Si nous considérons que l’agriculture est composé à 50% de cultures et à 50% d’élevage, et que dans cet élevage la moitié est constitué d’élevage viandeux, alors l’empreinte carbone s’élève à 2,7%, arrondissons à 3%.
Dans ce calcul, nous ne tenons pas compte des puits de carbone que représentent les pâturages et qui tendent donc à diminuer encore ce chiffre.

Nous pouvons donc clairement énoncés que l’élevage belge n’a pas l’impact climatique énoncé par Greenpeace, que du contraire. Et puis, le remplacer par de la viande de synthèse créée de toute pièce dans un laboratoire n’a rien d’écologique : le bâtiment et le processus de fabrication vont émettre bien plus que des vaches qui mangent de l’herbe dans une prairie, sans parler du caractère artificiel de cet aliment qui n’en n’est même pas un puisqu’il n’existe pas dans la nature.

Mangez donc de la viande belge, c’est écologique!

Publicités


Catégories :Divers

1 réponse

  1. ☑️ Écrire ce que les gens ont envie d’entendre pour faire plus d’audience
    ☑️ Rédiger un article supposé objectif mais pour lequel on a des intérêts financiers
    ☑️ Faire volontairement une faute dans le titre pour que pleins de gens la corrige donc avoir plus de commentaires donc plus de visibilité sur les réseaux sociaux
    ☑️ Faire une analyse pseudo-scientifique pour accréditer l’opinion

    « le bâtiment et le processus de fabrication vont émettre bien plus que des vaches qui mangent de l’herbe dans une prairie »
    Waw super logique comme comparaison, vous avez juste oublié que c’est le processus complet qu’il faut comparer, pas 2 étapes au hasard même pas équivalente. Il faut 15 fois plus de surface agricole pour nourrir des bœufs que pour faire pousser les plantes, il y a donc 94% du terrain qui serait consacré à des forêts à la place, et le bœuf aussi il faut le préparer : l’abattre, le découper, le conditionner thermiquement, l’emballer, etc. (tout ce qui entre toujours dans vos 10,8% d’agriculture surement)

    « L’élevage en tant que tel n’y figure donc pas! Il se retrouve dans l’onglet agriculture qui contient aussi les cultures. » Ah oui je suppose que vous n’avez rien trouvé là dessus, même pas un article Wikipédia bien complet et très sourcé. Pas du tout de la mauvaise foi.

    Et le pire c’est que vous n’avez pas entièrement tord, il y a bien plus grave pour l’environnement que de manger un bout de bœuf belge de temps en temps, mais pitié quoi, qu’est ce que c’est que ce journalisme de caniveaux.

Laisser un commentaire