REPORTAGES

Reportages | Séjour sous couverture

30/12/2019

Cet article a été écrit par Guy Nantier et publié dans le magazine Veeteeltvlees du mois de décembre 2019. Le texte a été traduit par mes soins.

Dans la «rotonde» ou « l’écurie parapluie » du couple Winters-Schaeken, il y a un microclimat qui protège le bétail contre les intempéries. L’appareil est conçu pour que toutes les opérations puissent être effectuées par une seule personne. La vente de la «Roundhouse Hoevevlees» se fait via une boutique en ligne et dans un proche avenir également via une boutique à la ferme.

Nom de l’élevageVan de 7 Oorsgaten
PropriétaireRaf (52) et Leen (50) Winters-Schaeken
LieuPeer
Bétail120 Blanc Bleu; 40 – 50 veaux
Terres et cultures23 Ha : 5 Ha de parturâges, 13,5 Ha de maïs et 3,5 Ha d’orge

Une étrange silhouette apparaît à l’horizon. Est-ce un avion? Est-ce une soucoupe volante? Non, c’est le toit de l’étable parapluie de Raf et Leen Winters-Schaeken à Peer. « Nous avons été les premiers en Flandre à faire construire un parapluie pour notre blanc bleu », explique l’éleveur. «Dans le VeeteeltVlees, nous avions lu le concept de la rotonde. Nous avons immédiatement pensé que c’est ce dont nous avions besoin. « Raf résume: «Une étable dans laquelle un homme peut tout faire, une étable avec un bon climat stable pour les animaux, une étable qui a l’air bien et bien sûr pas trop chère. Et après cinq ans d’utilisation, je peux dire avec la main sur le cœur: il n’y avait aucun mot erroné dans la brochure.
Pensé comme ça, fait comme ça. Les autorités n’ont pas rendu difficile l’obtention du permis de construire. Les pièces stables sont venues d’Angleterre et ont été installées en trois jours.
Le substrat avait déjà été préparé. « Nous avons dû le faire avec l’arpenteur, car personne ne connaissait une telle construction ronde. » À Peer, il existe désormais une étable ronde sans murs de 720 mètres carrés, composée de dix lofts et d’un couloir de traitement. La hauteur centrale est de 8,50 mètres de haut et le toit a une ouverture de 3 mètres au milieu. Le diamètre sans passage d’alimentation est de 30 mètres. Le couloir d’alimentation de 3 mètres de large est partiellement couvert par le parapluie.

Un microclimat favorable

Les Blanc Bleu Belge restent 365 jours par an dans la rotonde. « Nous avons beaucoup d’étables pour peu d’animaux », explique Raf. «La grange peut accueillir 144 animaux – 720 m2 avec 5 m2 par animal – mais nous les avons configurés pour être plus spacieux. Nous calculons avec 100 kg par mètre carré. Une vache lourde aura rapidement 10 mètres carrés. Les animaux ont donc assez de place pour marcher.
Il y a un microclimat dans l’écurie, ce qui rend le bétail très à l’aise. « Les animaux amenés se sentent immédiatement chez eux et le montrent en se couchant très rapidement », explique Raf. «Il ne souffle jamais non plus dans l’étable. Il n’y a jamais de condensation, donc ce n’est jamais humide. Et même à 35 degrés, le climat est agréable et stable. « 
Les animaux sont également très silencieux, car la conception est conçue pour avoir une visibilité à 360 degrés. Ils peuvent se voir constamment et peuvent également regarder à l’extérieur. « Ils sont dehors sans l’être. Ils ont donc un double bénéfice, la protection de l’étable et celle de l’extérieur. « 

1456 van de 7 Oorsgaten (Lancelot de la Coutère) est un taureau reproducteur de la ferme

Vers plus de professionnalisme

Avec le démarrage de l’étable, Raf a complètement changé de direction et s’est professionnalisé. «Nous sommes passés du pâturage et des têtards à l’élevage séparé des veaux avec du lait artificiel. De cette façon, nous pouvons gagner plus de fourrage et faire tourner les animaux plus rapidement. De nos jours, vous devez tout faire pour être rentable. « 
L’élevage a lieu dans une étable fermée, dans laquelle a également lieu le vêlage. Cette écurie ne mesure que 5,5 mètres de haut, mais a encore suffisamment de volume pour les veaux. Les plus petits obtiennent du lait entier en poudre et après un mois et demi, s’ils mangent bien, ils passent au lactosérum en poudre.
Après le sevrage et s’ils ingèrent bien l’herbe et le maïs, les taureaux passent à une écurie à une pente inverse de 7 mètres de haut. « Nous avons choisi la pente inversée car nous n’avons qu’à engraisser les 5 premiers mètres derrière l’alimentation toutes les 4 à 5 semaines. » Les animaux de haut standing sont également logés dans l’écurie ouverte à l’avant. Les caisses mesurent 5 mètres de large et 15 mètres de profondeur. « 6 mètres de large aurait été mieux, car il y aurait plus d’endroits pour manger, mais nous ne le savions pas au moment de la construction. »

Les femelles, génisses et vaches viennent aussi dans la vallée des parapluies. « La rotonde a un effet positif sur la fertilité », explique Raf. «Les animaux sèchent plus rapidement et se maintiennent mieux, même pendant les mois d’hiver sombres, et surtout pendant les mois chauds d’été. La chaleur peut parfois troublés dans l’étable ouverte, mais a moins d’influence dans la rotonde.  » L’étable parapluie est saupoudrée tous les deux à trois jours avec un souffleur de paille. L’agriculteur pense que le fumier sèche mieux, ce qui permet d’économiser sur l’épandage.
L’alimentation à la ferme se fait avec une mélangeuse. L’agriculteur travaille avec un mélange de rations pour toutes les catégories d’animaux: trois cinquièmes de maïs, deux cinquièmes d’herbe plus l’orge ou le soja, la craie et les minéraux. «C’est une ration de base pour les vaches de deuxième veau. Les ajouts pour jeunes bovins et taureaux à l’engraissement se font avec leur propre concentré de composé. »

Forfaits A, A +, B, B + et C

Au cours des trois dernières années, l’entreprise a vendu une partie de sa viande produite via une boutique en ligne sous le nom de «Roundhouse Farm Meat». « Le profit est proche du consommateur final », explique Raf. «Il suffit de regarder la différence de prix que nous, en tant qu’agriculteur, proposons et le prix que le consommateur paie à la caisse enregistreuse dans la grande distribution. « 
Le fumier principal de Raf provient des taureaux jusqu’à l’âge de 20 mois avec un poids de 450 à 550 kg. Les animaux reçoivent encore de l’herbe pendant la phase d’engraissement et l’aliment contient 30 pour cent de graines de lin. Cela donne à la viande un goût plus complet et une composition plus saine avec plus d’acides gras oméga 3. Une ou deux carcasses de boeuf sont traitées toutes les cinq semaines. « Le choix de la viande de taureau a été fait à la demande des clients », explique son épouse Leen.  » Ils ne sont pas friands de viande rouge, mais préfèrent généralement une viande qui a tendance à être plus rosée. Et ça doit être tendre.  » Les vaches réformées sont donc vendues à un marchand de bétail. L’entreprise compte environ 400 contacts clients qui commandent via la boutique en ligne. La viande est emballée sous vide par deux pièces, ce qui garantit une fraîcheur et une hygiène maximales. La viande est prête à être congelée et munie d’une étiquette claire indiquant la date et la description. Leen: «La viande est offerte sous forme de paquets. Nous travaillons avec cinq types de forfaits: A, A +, B, B + et C. Pour les vacances, un forfait gastronomique spécial sera ajouté pour deux à trois personnes. «Un colis A signifie un colis« classique et étendu »de 10 kg», explique Leen. Un paquet B signifie un paquet avec «moins de viande préparée et plus de viande rouge».
Le paquet C est un paquet barbecue de 6 kg. «La différence entre A et A + ou B et B + réside dans la composition. Les emballages + contiennent uniquement des morceaux de viande prêts à cuire, ce qui simplifie considérablement la préparation pour le client. Cuisson et prêt. De nos jours, il y en a de plus en plus de demande. « 

Un travail orienté vers le client

En regardant vers l’avenir, le couple prévoit également de développer un paquet de viande pour les familles monoparentales et les personnes âgées. «Nous avons récemment mené une enquête sur Internet auprès de nos clients», explique Leen. «Une centaine de clients ont répondu. Cela montre qu’ils trouvent le prix actuel entre 11,45 euros et 12,95 euros le kilogramme correct. C’est 25% moins cher que le boucher du quartier. La qualité était également à la satisfaction de tous. Le seul inconvénient était le délai de livraison. Cela est maintenant limité à un soir par semaine. Nous allons maintenant travailler à améliorer cela. «Raf et Leen travaillent à plein temps à l’extérieur de la maison, lui en tant que directeur de production dans une entreprise pharmaceutique; elle en tant que responsable qualité senior dans la même entreprise. « Il y a trente ans, l’intention était de devenir un éleveur de bovins à plein temps », ajoute Raf. «Cela ne s’est jamais produit en raison des calamités successives dans le secteur, à commencer par la crise de la dioxine. Mais actuellement, nous sommes également très satisfaits. Il est difficile de combiner travail et agriculteurs à temps partiel, mais cela nous donne toujours satisfaction. « 

L’orge cultivée localement est conservée dans un silo

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire