ELEVAGE

La vigilance de mise avec les taureaux!

15/04/2020

Voici un article écrit par J. Pannetier, Conseillère en prévention des risques professionnels paru dans un numéro du Wallonie Elevages 2015.

La manipulation des bovins est souvent classées par les éleveurs en première position des activités à risque parmi celles liées à l’exercice de leur métier.
Les taureaux de saillie sont à l’origine d’accidents graves (5 à 10 décès par an en Wallonie selon les journaux) qui pourraient être évités par une meilleure connaissance de leur particularité comportementale ainsi que par le respect de règles élémentaires de prudence.

Panache de Centfontaine (2013)

LA DOCILITÉ DU FUTUR TAUREAU

Dans un troupeau, l’Homme doit être le leader, celui qui passe devant pour déplacer le troupeau et le conduire vers la nourriture. Une vache peut être domestiquée en ce sens et conserve cette docilité toute sa vie. Un taureau ne le sera jamais, même élevé au biberon et avec soin.

Une question de génétique

L’origine paternelle montre une nette influence sur la variabilité de la docilité. La sélection génétique via le choix du reproducteur en fonction des critères comportementaux influence donc la docilité de votre troupeau. Garder un taureau agressif car il a des caractéristiques intéressantes augmente grandement le risque d’accident et peut disséminer ce caractère dans le troupeau. La docilité permet aussi un gain de temps de travail en facilitant les manipulations.
Un taureau développe son caractère agressif souvent vers l’âge de 2 ans (diminution de la tolérance interindividuelle due à l’augmentation de la sécrétion de testostérone).
Si un taureau vous bouscule, vous fait front, ne recule pas, gratte le sol, souffle fort par les naseaux ou se met sur le côté en vous menaçant, il est potentiellement dangereux. Il est préférable de l’éliminer avant l’agression.
Méfiez vous de tous les taureaux même de ceux en apparence très docile.

Il n’y a pas de taureau « gentil », restez vigilant et ne lui faites jamais confiance!

Manipulation sur le veau

Toute manipulation douloureuse dans les deux premières semaines de vie de l’animal réduit significativement sa capacité de docilité, mais aussi ses défenses immunitaires. L’idéal est un écornage entre 2 et 4 semaines. A l’inverse, des manipulations positives (nourriture, soins) pendant cette période diminue la peur de l’Homme et facilite la relation (Test d’approche des veaux de 40 j. en fonction des contacts dans le jeune âge d’après Krohn et al., 2001).

APPROCHE DU TAUREAU REPRODUCTEUR

« Détenir des taureaux reproducteurs n’a rien à voir avec une garde de troupeau à l’engrais ».

Respect mutuel

L’animal doit vous respecter. Calme, vous devez faire preuve d’autorité. L’autorité n’est pas synonyme de violence, au contraire. Si vous agressez l’animal, il cherchera à se venger.
Il ne faut pas caresser les taureaux adultes et à plus forte raison au milieu de son troupeau ; d’une part, au risque de porter l’odeur d’un autre taureau et d’autre part, en entrant dans son harem, il vous considère dès lors comme son rival.
L’excès de soins tel que le brossage, le toilettage, les caresses est déconseillé car l’éleveur se soumet en se mettant au service du taureau.

Le moment d’approche

Il faut éviter d’intervenir sur un taureau quand il y a une vache en chaleur dans le troupeau, quand le climat est orageux, chaud ou en plein après midi (excitation et irritabilité dues aux mouches, à la pression atmosphérique et à la chaleur). Si vous devez impérativement accéder au troupeau dans ces conditions, n’hésitez pas à venir avec votre tracteur pour vous protéger et l’utiliser comme point de repli si la situation dégénère.

En dépit de leur taille, même malades ou blessés, les taureaux sont très rapides et agiles. Ne sous-estimez jamais la capacité de l’animal à vous blesser. A l’inverse, ne surestimez jamais votre capacité à prendre la fuite si ça tourne mal. Ayez toujours un plan de repli.

Etat d’esprit

Que ce soit en stabulation ou au pré, on n’approche jamais un taureau si on en a peur. L’animal détecte votre état émotionnel. Mener un taureau par la peur ne fonctionnera pas non plus : la testostérone a un effet inhibiteur sur les réactions de peur de l’animal. L’agression sera la réaction privilégiée par rapport à la fuite. Si un taureau vous isole dans un coin, déplacez-vous lentement. Reculez en ayant le taureau à l’œil en tout temps jusqu’à ce que vous trouviez une clôture ou un endroit sûr pour vous loger. L’éleveur ne doit jamais s’enfuir en tournant le dos au taureau. Un taureau ayant chargé une fois, sans toucher l’éleveur, a subi un échec. Il reviendra à la charge.
Le taureau peut être séparé du troupeau dès l’âge de 6 mois (efficacité sexuelle supérieure par la suite selon l’INRA). Il faut éviter d’enfermer le taureau, sans contact visuel avec d’autres bovins. La séparation sociale induit un stress.

Des aides de travail

L’éleveur doit toujours posséder un bâton pour établir le contact avec l’animal, le diriger lors des manipulations et se défendre en cas d’attaque.
L’installation d’un anneau nasal est conseillé (vers l’âge de 15-16 mois). Il permet de stopper le taureau en cas de charge.

DES MÉTHODES DE FÉCONDATION

Un taureau à certes un côté pratique pour détecter les chaleurs des vaches mais comporte des risques évidents d’accidents.

Taureau au milieu du troupeau (pré ou stabulation)

Il n’y a plus de gestion des chaleurs. Le taureau s’occupe de tout. Toutefois (comme vu ci-dessus) les risques de charge, coups ou bousculades sont réels. Vous n’aurez par ailleurs aucune connaissance de l’activité de votre mâle reproducteur (une haute ou basse libido impliquent un pourcentage de fécondation réussie ou non).

Taureau à la vache

Lors des observations journalières, vous détectez une vache en chaleur (ou avec des éléments de détection comme l’accéléromètre). Elle est alors séparée du troupeau et mise à l’attache ou dans un box. Le taureau est alors amené à la vache pour la reproduction. Les phéromones émis par la vache excitent le taureau et il devient difficile de le tenir. Bousculade et coups sont alors possibles. Cette méthode comporte des risques importants d’accident.

Vache au taureau

Le taureau est laissé en box séparé (avec contact visuel du troupeau). Lorsqu’une vache est en chaleur, elle est alors conduite dans le box du taureau. La vache a une attitude calme comparé au taureau. Cette méthode comporte des avantages comparé aux précédentes : le taureau n’est pas dans le troupeau (pas de risque de charge), il n’est pas manipulé à la main (pas de risque de bousculade, coups ou piétinement). Les risques d’accident sont alors réduits. Par contre, il faut un box spécifique de 20m 2 pour la saillie (avec des refuges en cas de danger).

Insémination artificielle

Le taureau est absent de l’exploitation. Pour augmenter considérablement les chances de prises de la fécondation d’une vache lors de l’insémination artificielle, il faut que ses congénères soient en vue ou à l’attache avec elle (évite le stress de l’isolement de l’animal) et une bonne contention facilite le travail de l’inséminateur (évite les coups et améliore la précision de l’insémination). Cette méthode est plus coûteuse mais comporte des avantages d’ordre sanitaire, génétique (amélioration de votre cheptel) et économique (place et entretien du taureau).

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire