Index

Index | Tendances génétiques de la race BBB

24/07/2020

Cet article provient de la revue néerlandophone Veeteeltvlees du mois de juillet. Le texte a été rédigé par Wim Veulemans et il a été traduit par mes soins. Vous excuserez donc les éventuelles erreurs de syntaxe.

Plus de musculature, attention à la fertilité!

Sur la base des index publiés, il est possible de calculer les tendances génétiques pour la race belge blanc-bleu. Ceux-ci donnent un aperçu des progrès au sein d’une race qui peuvent être attribués à la reproduction. La croissance, la taille et la musculature ont donc une évolution positive, la fertilité demande de l’attention.

Trois fois par an, Elevéo et CRV publient des index de la race blanc bleu belge dans le cadre de leur opération de stud-book. Le CRV a récemment ajouté un nouvel index, le bbb-index, à la liste des index. Sur la base de ces valeurs, les éleveurs de bovins peuvent faire une sélection dans la gamme actuelle de taureaux IA, mais aussi faire le bon croisement.
Cette variation génétique et le travail de sélection font que le blanc bleu belge a évolué au fil des années. L’évolution, à la fois positive et négative, d’une race est bien entendu largement déterminée par les conditions dans lesquelles la race est maintenue. Par exemple, il existe de nouvelles techniques en santé animale qui aident à améliorer les résultats du bétail, mais la nutrition et la gestion évoluent également.
En excluant les effets des conditions dans lesquelles le bétail est gardé, on peut aussi déterminer l’évolution génétique ou la tendance génétique d’une race.
ll ne détermine donc que le développement génétique de la race. La base de ces tendances génétiques sont les valeurs de reproduction, qui sont publiées trois fois par an. L’année mentionnée est toujours l’année de naissance de la progéniture sur laquelle la tendance génétique est calculée.

Né plus lourd et plus musclé

L’une des premières tendances notables est la tendance à la hausse du poids à la naissance des veaux. Étant donné que toutes les valeurs de reproduction par an ont été recalculées sur la base de l’année 2020, les valeurs de reproduction de toutes les années peuvent être comparées. Les animaux nés en 2015 sont la moyenne de la population. Par exemple, la valeur d’élevage flamande pour le poids naissance des veaux nés en 2000 est passée de 91,6 à une valeur d’élevage de 100,8 pour les veaux nés en 2020, donc plus lourd. Parce que les éleveurs ne veulent pas de veaux trop lourds ou trop légers, le poids à la naissance est plutôt une caractéristique optimale. Les valeurs d’élevage souvent trop élevées ou trop faibles pour ce caractère sont évitées. En 2014, les tendances génétiques wallonnes alors publiées ont montré que le poids à la naissance variait peu et avait même une tendance légèrement à la baisse.

Plus de largeur et de meilleurs aplombs

Les tendances génétiques calculées par Elevéo à partir de la progéniture femelle wallonne montrent également un certain nombre de tendances frappantes. Les valeurs d’élevage sur lesquelles ils ont calculé les tendances sont toujours des caractéristiques linéaires évaluées par un inspecteur du livre généalogique. Certaines des caractéristiques de la moyenne inférieure, telles que l’épaisseur ou les aplombs, sont également des caractéristiques optimales. En Wallonie, les gens ne travaillent pas avec une population de référence fixe (animaux nés en Flandre en 2015) mais avec une population progressive.
En ce qui concerne les caractéristiques des moyennes supérieures, la taille a baissé jusqu’à l’année de naissance 2011, à partir de laquelle la tendance s’inverse et les blanc bleu wallon retrouvent leur taille. Le type et la musculature ont une tendance à la hausse depuis vingt ans maintenant, les deux caractéristiques suivent une tendance parallèle à la hausse. Ces dernières années, ces caractéristiques se sont stabilisées autour de 100.
Il y a aussi deux observations frappantes à noter. La longueur du blanc bleu ont suivi une tendance à la baisse, ce qui signifie que les animaux sont devenus plus courts qu’il y a vingt ans. Les autres caractéristiques de la moyenne inférieure, telles que la largeur du bassin et de la poitrine, la queue, l’entrejambe et les côtes, ont une tendance positive. Les animaux se sont élargis dans la poitrine et le bassin. La queue est implantée plus haut, la croupe légèrement plus inclinée. De plus, une caractéristique telle que la côte est une caractéristique optimale, car une côte trop ronde n’est pas recommandée.

La variété blanc bleu a également fait de grands progrès en termes de musculature ces dernières années. De plus, les caractéristiques liées à la musculature d’un animal se sont toutes améliorées en parallèle. La progression est assez importante au niveau du dos, des épaules et des cuisses.
L’évolution peut également être observée sur les aplombs. Les jarrets restent assez stables autour de la valeur 100, pas trop long, pas trop droit. Environ 100 sont maintenant également toutes les autres valeurs d’élevage liées aux aplombs. Les postérieurs sont devenus moins en forme de X, les pattes avant moins en forme de O, de sorte que la position du blanc-bleu est devenue meilleure. La ligne dorsale est devenue plus plate, la peau plus fine.

La croissance se stabilise

Les tendances génétiques de la progéniture femelle en Flandre, mais aussi du bétail hollandais, sont régulièrement mises à jour et publiées sur le site Internet de CRV Coopérative. Dans ce document, la tendance est calculée pour les différentes valeurs d’élevage qui sont publiées. Le poids à la naissance en faisait déjà partie, mais c’est dorénavant aussi le cas pour la fertilité et la croissance.
Jusqu’en 2010, l’index pour la croissance des taureaux et l’index poids des vaches, tout deux un indicateur de la vigueur du blanc bleu, montraient une tendance à la hausse. Cette tendance s’est stabilisée depuis 2010 et a même légèrement reculé à nouveau en 2014. Puisqu’il concerne également un plus petit nombre d’animaux sur lequel la valeur d’élevage moyenne est basée à partir de 2015, il faut faire attention à une conclusion prématurée que la blanc bleu perdrait de sa vigueur. La baisse de 2008 est frappante, peut-être expliquée par l’exposition d’un certain nombre de caractéristiques héréditaires telles que le nanisme. Tant chez les taureaux que chez les vaches, une amélioration de la carcasse peut être observée.
Enfin, une tendance génétique a également été calculée par CRV pour la fertilité des vaches flamandes. De plus, deux tendances différentes peuvent être observées: les vaches blanc bleu deviennent plus fécondes, mais la période pour devenir gestante s’allonge. Cela peut être dû au moins bon affichage de la visite.
Le pourcentage de non-retour à 56 jours et le pourcentage de gestation chez les vaches affichent une nette tendance à la hausse vers la valeur reproductrice 100 depuis 2000. Les animaux deviennent donc plus fertiles avec l’âge. Nous observons une tendance légèrement à la baisse de l’index entre l’intervalle du temps de vêlage et l’intervalle d’insémination au vêlage. Étant donné que les deux index diminuent, les deux périodes seront également un peu plus longues en blanc-bleu. Le mouvement inverse se fait entre l’intervalle des index avant-dernière insémination. Il augmente légèrement, de sorte que la période entre la première et la dernière insémination (après le vêlage) devient légèrement plus courte.
Enfin, l’âge de première insémination est un point d’attention particulier pour le blanc-bleu. C’est déjà un point d’attention sur de nombreuses fermes blanc-bleu, et cela se reflète également dans la tendance génétique. Cette caractéristique a fortement diminué jusqu’en 2007, de sorte que les génisses ont été inséminées de plus en plus tard. Entre 2007 et 2010, cette tendance s’est inversée et la valeur de reproduction s’est stabilisée autour de la moyenne de la population.

Les dernières années, moins de progéniture

Les tendances génétiques actuelles sont disponibles à la fois en Wallonie et en Flandre. Les femelles de chaque partie du pays constituent toujours la base de chaque calcul, les caractéristiques présentées dans les tendances génétiques diffèrent. En Wallonie, un minimum de vingt descendants est requis par an, par caractéristique et par sexe. Le nombre de descendants mâles étant trop limité, ceux-ci n’ont pas été inclus. Les tendances flamandes doivent toujours impliquer au moins dix observations par an. Ces dernières années, il est important d’être plus prudent avec les chiffres. Par exemple, un millésime en Wallonie contient des données d’environ 15000 animaux, alors que pour les index d’animaux nés en 2017, cela ne concerne que 4000 descendants. L’index sur la reproduction peut donc évoluer quelque peu, y compris la tendance. Bien que cela n’implique pas de grandes fluctuations.

Vous aimerez aussi

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire