PROMOTION VIANDE

« Le RIP pour les animaux est un piège intellectuel « 

19/10/2020

Voici l’interview d’Emmanuelle Ducros concernant le référendum d’iniative partagée (RIP) lancé en France par le journaliste Hugo Clément. Ce projet de référendum demande la remise en question de plusieurs pratiques liées à l’agriculture, les loisirs, la chasse ou le monde de l’entreprise. À savoir l’interdiction des élevages à fourrure, la sortie de l’élevage intensif en cages, l’interdiction des spectacles avec animaux sauvages, la fin de l’expérimentation animale, l’interdiction de la chasse à courre, du déterrage et des chasses traditionnelles. Autant de propositions en ligne sur le site. Pour ce qui est des activités liées à l’élevage, la volonté des partisans de ce référendum serait d’interdire l’élevage en cage, case, stalle ou box à partir du 1er janvier 2025.
Outre le fait qu’Emmanuelle Ducros soit mise en cause dans ses propos concernant l’agriculture car elle percevrait des rentes pour ses interventions, son interview sur ce sujet est poignant car criant de vérité sur un véritable problème sociétal actuel : le jugement de la population sur des sujets qu’elle connaît mal et qu’elle n’apprend pas à découvrir.
Les propos d’Emmanuelle Ducros ont été recueillis par Cyrielle Delisle et publié sur le site réussir.fr.

Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel « 

Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour les animaux.

Que pensez-vous du référendum d’initiative partagée (RIP) pour les animaux ?

Emmanuelle Ducros – Ce RIP pour les animaux a quelque chose de dérangeant de par les personnes qui le portent. Notamment des associations antispécistes dont la finalité n’est pas l’amélioration des conditions d’élevage mais purement et simplement l’abolition de l’élevage. Il y a donc à l’origine de ce référendum une base malhonnête, qui doit être, elle aussi, mise sur la table. Ces associations utilisent des vidéos d’élevages qui sont des cas singuliers et se servent de la méconnaissance de la population pour arriver à leurs fins. Ce référendum est un piège intellectuel car chacun s’accorde à ne pas vouloir faire souffrir les animaux. Il joue sur les émotions non sur la rationalité. Il y a beaucoup de marketing derrière. Et évidemment des pensées économiques : la viande artificielle est un énorme marché.

Ce genre de pratiques risque-t-il de se démultiplier ?

E. D. – Oui c’est une possibilité. Dans les années 1950-1960, on a demandé aux agriculteurs de produire pour nourrir la France. Ce qu’ils ont fait. Aujourd’hui, on se trouve face à une société qui a oublié ce qu’est le manque et à une population agricole qui n’en représente qu’une part mineure. La vision de la société est ainsi proche de celle de Martine à la ferme. La notion de la place de l’homme dans la chaîne alimentaire a été perdue. L’idée de tuer pour se nourrir est devenue intolérable à des citadins éloignés de la ruralité. Aussi, avec une telle méconnaissance du monde de l’élevage, il est facile de faire croire que l’exceptionnel représente la réalité. Les gens projettent leur propre fantasme sur les animaux sans savoir si c’est mieux pour eux ou non.À cela s’ajoute la volonté de contrôler l’assiette de l’autre de la part d’une frange de la population. Enfin, le manque récurrent de communication dans le monde agricole n’arrange rien.

Quelle attitude adopter ?

E. D. –Beaucoup de pédagogie reste à faire. Il y a également des questions à se poser sur ce qu’on mange. Expliquer que l’agriculture ne peut exister sans élevage. La nourriture n’est pas juste un nutriment mais quelque chose que l’on se transmet. Elle a une valeur patrimoniale, culturelle… Il faut expliquer que ce n’est pas parce que l’on tue un animal qu’on ne le respecte pas.Il est important de ne pas laisser le champ libre à ces associations. Ce serait dévastateur. Leur opposer une bataille d’images, basée sur des faits, est nécessaire. Travailler sur les visites à la ferme, les circuits courts… On est dans un moment de débats. Il est essentiel que le monde agricole s’empare du sujet, communique. Certes, une partie de la population est déjà impossible à convaincre mais il en reste une qui ne s’est pas encore posée la question et qui doit pouvoir faire son choix objectivement. La vérité n’est pas blanche ou noire. Il est essentiel de raconter ce que l’on a à raconter.Il sera par ailleurs fondamental d’accepter de mettre sur la table des sujets difficiles comme le transport des animaux, les abattoirs… L’abattage fait partie de la vie. Pour autant, cela ne veut pas dire accepter la cruauté, ou ne pas respecter l’animal. C’est d’ailleurs insupportable pour les éleveurs qui aiment leurs animaux. Chaque maillon de la chaîne doit prendre ses responsabilités.

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire