SANITAIRE

Sanitaire | Lutte IBR, changements radicaux en 2021

29/10/2020

En avril 2021, l’Union Européenne rassemblera en une seule législation, soit la loi de santé animale, toutes les réglementations liées à la traçabilité et les garanties sanitaires, dont la lutte contre l’iBR.

La reconnaissance de notre programme IBR actuel nous permettant d’empêcher l’entrée d’animaux infectés sur notre territoire sera maintenue, mais pour une période de 6 ans maximum, soit jusqu’avril 2027. C’est le délai qu’il incombe à la Belgique de respecter pour devenir officiellement indemne d’IBR, ce qui nécessitera qu’au moins 99,9% des élevages soient certifiés indemnes et que ces élevages détiennent au moins 99,8% de bovins indemnes vivants.
Les modalités IBR définies dans la Loi européenne de Santé Animale remplaceront intégralement celles de notre législation nationale ce qui impliquera des changements radicaux tant dans la nomenclature que dans les conditions d’acquisition et de maintien des statuts de troupeaux. Notre législation se cantonnera aux dispositions nécessaires afin d’atteindre l’assainissement total, soit exclusivement des troupeaux indemnes et non vaccinés, avant 2027.

« Exclusivement des troupeaux indemnes et non vaccinées en 2027! »

Concrètement, dès avril 2021

  1. Les statuts I3 et I4 seront automatiquement transformés en statuts « indemnes » européens. La vaccination deviendra donc interdite dans ces troupeaux. Cependant, ces troupeaux indemnes pourront contenir des bovins « historiquement » vaccinés.
  2. Possibilité jusqu’en 2023 sur base volontaire de maintenir la vaccination mais ces troupeaux ne seront plus reconnus comme «indemnes», ce qui aura d’autres conséquences notamment commerciales.
  3. Le nombre de bovins à prélever chaque année et le type de tests utilisés pour maintenir le statut «indemne » vont changer.
  4. A ce jour, la proportion des bovins infectés, soit gE positifs, est inférieure à 1% et en constante diminution. Dès avril 2021, ils devront obligatoirement être réformés dans un certain délai. Fin 2023, il ne doit plus y avoir de bovins infectés gE+.
  5. Le transport de bovins I2 sera interdit, sauf pour aller directement à l’abattoir. La traçabilité durant les transports devra être totale, compte tenu des modifications de l’AR « traçabilité» évoquées dans notre éditorial.

Quid des autres pays

Chaque état membre est libre de s’inscrire ou pas au programme de lutte IBR européen. Certains ont fait le choix de ne pas s’inscrire. Ils ne sont donc pas concernés par ces mesures mais ne bénéficient pas de la protection sanitaire qui y est liée à savoir qu’ils ne peuvent pas interdire l’entrée des animaux infectés sur leur territoire. C’est le choix qu’on fait la Hollande, l’Espagne et le Portugal. Les états membres qui sont inscrits au plan de lutte européen sont répartis en 2 groupes:

  1. Les pays déjà officiellement indemnes: L’Allemagne, le Danemark, l’Autriche, la Tchéquie et la Suisse
  2. Les pays en cours d’assainissement: La Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg, l’Italie, la France

L’Arsia adapte les test IBR

Dans le cadre de l’évolution favorable du plan de lutte IBR, de l’interdiction de vacciner au sein des troupeaux indemnes avec la nouvelle Loi de santé animale européenne et du passage progressif de la surveillance des troupeaux indemnes avec le test IBR ELISA gB, l’ARSIA souhaite avoir une vision globale de l’IBR au sein des troupeaux wallons.

Vision globale = connaitre la situation et distinguer les troupeaux/animaux sains non-vaccinés et les sains vaccinés*.

Afin d’y parvenir, l’organe d’administration de l’ARSIA a décidé de faire réaliser systématiquement et sans aucun frais supplémentaire, un test IBR ELISA gB sur tous les échantillons qui  parviendront à l’ARSIA dans le cadre du plan de lutte IBR.

Les analyses gB seront réalisées sur tous les échantillons prélevés lors :

  • d’achats (1° prise de sang à l’achat réalisée avec le test IBR ELISA gE et indépendamment de la réalisation du « Kit achat »)
  • de maintiens de statut I3 (càd ceux réalisés avec le test IBR ELISA gE)

Ces analyses sont réalisées sur les prélèvements réceptionnés au laboratoire de l’ARSIA depuis la deuxième moitié du mois d’octobre. Les résultats sont communiqués sur le rapport d’essai au même titre que les autres analyses demandées sur les échantillons transmis.

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire