REPORTAGES

Dix bons résultats, deux tops et quelques revers

26/11/2020

Cet article a été rédigé par Wim Veulemans et publié dans la revue « Veeteelvlees » du mois de novembre 2020. Le texte a été traduit par mes soins (excusez donc les erreurs de syntaxe grammaticale ou de vocabulaire).

Adhérez systématiquement à une vision d’élevage, selon laquelle les extrémités inférieures et supérieures du troupeau BWB sont aussi proches que possible l’une de l’autre. Telle est la vision de la famille Hunnekens à Grashoek depuis des années. Les résultats sont bien visibles sur leur ferme.

« Elevage en largeur ». C’était le titre du rapport de la société que VeeteeltVlees a publié en septembre 2008. Ensuite, c’était l’histoire de deux frères. Aujourd’hui, Theo (58 ans) et son fils Mark (27 ans) Hunnekens sont assis à table. Le frère de Théo, Louis (67 ans), n’est pas présent, mais est toujours impliqué dans l’entreprise.
Douze ans plus tard, la vision de l’entreprise diffère de moins d’un pouce de l’histoire de l’époque. Et c’est très visible lorsque nous traversons la grange. La qualité dans la grange avec le surnom d’élevage Van Maris est élevée, un certain nombre de valeurs se détachent mais il est clair que le bas et le haut du troupeau sont très proches. Je préfère en effet dix bons animaux d’un taureau , puis deux hauts et un certain nombre de revers voire d’abandons », fait valoir Theo. ‘Notre ambition a toujours été d’être général pour améliorer la qualité de nos animaux, pas tant pour élever pour les concours.
Ce qui se remarque dans l’entreprise douze ans plus tard, c’est la passion de Mark pour l’élevage et les expertises. Il travaille toujours à l’extérieur, mais est actif dans les expertises depuis plusieurs années, également en tant que jeune membre du jury. Ces dernières années, l’élevage a déjà participé avec succès aux expertises à Geffen ainsi qu’à l’échelle nationale à Zwolle et Hoornaar.

Propre sang reproducteur

Le père Theo est un peu plus critique des inspections à cet égard. «Pour la race, une expertise est bien sûr une vitrine pour voir la progéniture d’un taureau, mais vous êtes parfois mis sur la mauvaise voie. Après tout, vous ne voyez que la bonne progéniture, vous ne voyez pas les moins bons. De plus, ils sont également en excellent état. Alors je préfère aller voir le fermier lui-même, on y a souvent une meilleure image. Mais la porte ne peut pas être fermée avec ce fermier », insiste Théo.
Dans l’élevage de bovins de boucherie de Grashoek, entre Eindhoven et Venlo, environ 250 blanc bleu peuplent les écuries. Dans le passé, il y en avait jusqu’à 50 de plus, mais le travail est le facteur limitant. C’était légèrement différent dans le passé. «Mon père avait des porcs, des poulets et des vaches laitières», explique Theo. «Nous avons commencé avec une blanc-bleu belge. Notre première championne nationale, une fille de Bionique, remonte à cinq générations sur la même vache. Cette vache a eu beaucoup d’influence dans notre étable. Je reconnais toujours sa progéniture dans le troupeau actuel.

À l’exception de quelques-uns, il existe peu de lignées différentes dans l’étable van Marris. «Nous travaillons en effet toujours avec notre propre troupeau. Dans l’élevage, cela donne plus de satisfaction », explique Mark. Vidal, Rufus et Oulare sont actuellement les taureaux qui ont le plus de chances, mais Hazard et Attribut sont également toujours sur la liste d’insémination. Auparavant, il s’agissait de Zougar et d’Occident. «Nous ne regardons pas le nom de l’IA, mais le taureau», dit Mark. Les jeunes taureaux ont une chance limitée de faire leurs preuves dans l’étable de Grashoek. «Nous optons principalement pour des taureaux qui se présentent avec une taille suffisante, de bonnes pattes et qui héritent de suffisamment de viande.
Par exemple, le jeune Oulare, un fils de Magloire, a actuellement toutes les opportunités, bien qu’il ait une fille Benhur pour mère. «Pour Benhur, je suis en effet un peu plus critique à l’égard des aplombs, mais le fait qu’elle ait une évaluation linéaire de 94 points pour ses aplombs m’a convaincu», explique Theo.
Theo a un autre commentaire sur ces cotations linéaires dans les IA. «Ce ne peut jamais être une bonne chose qu’une IA ne publie pas d’évaluations linéaires d’un taureau ou de sa mère? Alors vous ne savez rien sur eux, comment puis-je les utiliser? » explique Théo, pour qui une information objective et fiable est cruciale pour faire les bons choix en élevage.
Les choix d’élevage sont également clairement reconnaissables dans l’écurie. Une taille suffisante, beaucoup de taille et de poids sont clairement visibles. «La vitalité est également importante dans un troupeau, et je ne regarde pas seulement la vitalité à la naissance», explique Theo. «C’est en fait plus de rusticité que je recherche. Les animaux que je veux doivent pouvoir être battus, à la fois physiquement, comme les aplombs, et en termes de santé. Il fait également référence aux animaux à côtes rondes qu’il préfère éviter en raison de cette vitalité.

Rusticité et aplombs

Le profit qu’ils ont réalisé avec leur troupeau grâce à la vision cohérente de l’élevage, père et fils peuvent bien le décrire. «Cinquante kilos de plus et un peu plus sont autorisés», disent-ils tous les deux. Mais ils voient aussi, concentrés sur la prochaine discussion sur les objectifs d’élevage que le stud-book CRV mène pour l’hiver/printemps prochain, il y a encore des points à améliorer pour la race. «En ce qui me concerne, les animaux pourraient être un peu plus vitaux», dit Theo. «La rusticité peut être augmentée et les aplombs peuvent aussi être un peu plus corrects. En fin de compte, ce sont deux points qui provoquent souvent l’échec sur une ferme blanc-bleu. Je remarque souvent que si vous choisissez des taureaux qui reproduisent grands et longs, les jarrets le sont aussi. Et ce n’est pas souhaitable », explique Théo.
Interrogés sur les animaux qui sont un exemple pour leur élevage dans leur ferme, le père et le fils sont immédiatement clairs. «Ce sont deux filles Hazard, Carolien 47 et Bertha 416», dit Mark. «La première d’une mère Attribut, la seconde a une fille d’Impériale comme mère. Tous deux sont des animaux de taille, de musculature et de longueur suffisante. Carolien 47 a reçu une note de 90 points l’an dernier.
Dans la jeune génération, il s’agit de Carolien 53, une fille de Courtois de Carolien 47 et Bella 242, une Ravi d’une Kubitus. La première montre beaucoup de largeur et d’épaisseur, la Ravi est un peu plus musclé et charpenté. Enfin, Mark montre Carolien 40, une fille d’Attribut et mère de Carolien 47. «Elle est un peu plus petite, mais montre beaucoup de profondeur et de longueur. Et elle continue à bien se reproduire dans notre écurie.

Bella 242, fille de Ravi

Plan incliné

Les blancs-bleus de la ferme sont logés dans trois étables, où les génisses ont une grange avec accès extérieur et les veaux sont logés dans une ancienne porcherie avec ventilation. Les animaux les plus âgés résident dans la grange la plus récente, que les deux frères ont construite en 2006. La grange a un plan incliné, ce qui signifie qu’en principe le déblayage n’est jamais nécessaire. «Je n’ai jamais eu à le faire ces cinq dernières années», explique Theo. Cela fonctionne plutôt bien. De plus, le hangar n’est pas équipé d’un épandeur automatisé ni d’un racleur à fumier. »
Les taureaux sont élevés séparément. Une partie est vendue pour la reproduction. Les autres taureaux sont tous finis à la ferme jusqu’à un âge d’environ 22 mois. Les vaches, qui vêlent en moyenne trois fois à la ferme, sont vendues au même grossiste de la ferme.
«Toutes nos vaches sont toujours engraissées dans la même ferme», explique Théo. De cette façon, notre marchand de viande a toujours le même type et la même quantité disponible. Si cette qualité était un peu mieux payée maintenant – un euro de plus par kilo – tout serait un peu plus rentable », conclut l’éleveur.

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire