SANTE ANIMALE

Santé animale | Canettes tueuses de bovins

02/05/2021

Les canettes tueuses de vaches mettent les agriculteurs en colère! Bien que le problème soit malheureusement récurrent dans les campagnes, ce dernier s’est accentué depuis la Covid-19 et l’engouement soudain pour les promenades au grand air. Des campagnes de sensibilisation ont été lancées en Wallonie mais aussi dans le Luxembourg.

« Océanie est morte d’une hémorragie pulmonaire le lendemain de cette vidéo malgré tous les efforts que nous avons pu mettre en place avec Édouard, notre vétérinaire pour la sauver… Encore une vache parmi tant d’autres en France et ailleurs qui est partie pour rien…, pour des gestes d’incivilité, un vrai fléau ces canettes alu pour le monde de l’élevage ». Un éleveur pousse ainsi un cri de colère le 26 avril sur son profil Facebook postant une vidéo de sa vache aux naseaux ensanglantés. Ce fléau n’est pas nouveau et touche bon nombre d’éleveurs qu’ils soient belges, français, luxembourgeois ou même québécois.

Début avril, c’est un éleveur de Rochefort-sur-Nenon dans le Jura qui alertait dans la presse locale sur les dangers mortels pour les bovins que constituent l’aluminium, le verre et les plastiques qui se retrouvent dans les balles de fourrage.

Au printemps, la FWA (Fédération Wallonne de l’Agriculture) a lancé l’action « Pas envie d’être responsable de ça? Nos vaches meurent », déployant ainsi près de 250 bâches le long des routes wallonnes.

Panneau insulteur

A Olne, on retrouve un panneau moins conventionnel, avec l’inscription « connard » auquel sont accrochées par des ficelles des canettes, a été mis en place au bord de la route Croix-Renard. Le bourgmestre indiquait début avril à la RTBF qu’il avait bien l’intention de le laisser en place. « Je n’approuve pas nécessairement l’insulte mais je trouve que de temps en temps il faut essayer de toucher ceux qui ne respectent pas notre cadre de vie », déclarait-il.

Au Luxembourg, à l’initiative du Service jeunesse de la centrale paysanne, une campagne nationale « Däin Offall mécht mech doudkrank-gehei näischt an d’Natur » (traduction : Tes ordures me rendent malade – ne jette rien dans la nature) a été lancée le 14 avril dernier. Selon le syndicat, le problème semble s’être accru ces derniers mois à cause de la crise liée à la Covid-19 et son engouement pour les randonnées pédestres et les activités nature, provoquant un pic d’incivilités le long des chemins et des zones de pâturage, rappelle Le quotidien, journal luxembourgeois.

Hormis les canettes, verres et autres plastiques, les déjections de chiens posent aussi des problèmes. Un parasite, le Neoposra, présent dans les selles de certains chiens crée des problèmes d’avortements chez les vaches gestantes.

Source : réussir.fr

Pas encore de commentaire

    Laisser un commentaire